Burkina: 32 terroristes neutralisés, des femmes (esclaves sexuelles) libérées (communiqué)

24 heures après la neutralisation d’une vingtaine de terroristes dans la forêt de Yorsala lors d’une embuscade avec le groupement de forces pour la sécurisation du Nord, l’Etat-major de l’armée a confirmé le bilan donnée par radio Oméga dans une publication en date du samedi 16 novembre.

"Au cours de ces affrontements, 24 terroristes ont été neutralisés et divers matériels ont été récupérés. Cette opération a également permis de libérer plusieurs femmes qui étaient retenues par les terroristes comme esclaves sexuelles" indique le communiqué.

Le lendemain de cette opération qui a occasionné la mort d’un soldat du groupement selon le communiqué, le groupement dit avoir mené une offensive.
"Cette opération a permis de neutraliser 8 terroristes et de récupérer un important lot d’armement, de minutions et de matériels divers" ajoute le communiqué.

Sources: Radio Oméga

Mali: Une attaque terroriste contre une position de l'armée fait 54 morts, selon un nouveau bilan

Le bilan de l'attaque contre une position des forces armées maliennes à Indelimane, dans le nord-est du pays a évolué.

Un premier bilan provisoire de l'armée faisait état de 15 morts avant de le revoir à la hausse avec 35 victimes.

Plus tard dans la soirée, Yaya Sangaré, le ministre de la Communication, a fait état de 54 morts, dont un civil.

Il y a de nombreux blessés et des dégâts importants du côté des forces de défense et de sécuritaire, a ajouté le porte-parole du gouvernement malien.
Sources: Lefaso.net

MATÉRIELS SAISIS LORS DE L'OFFENSIVE À BOURZANGA

Entre autres matériels saisis
*motos : 07
*PKMS : 02/
*fusil AK47 : 07/ *chargeurs AK : 45/
*munitions AK : 781/*munitions pkms : 04bandes de 100 /
*portes chargeurs : 09/*postes radio : 05/*chargeurs postes radio : 01/
*paires militaires : 07/ *tenues militaires : 02/
* parka : 02
*cawel bac : 01
*couvres pieds : 13/*complets pagnes : 22/téléphones portables : 09 *vivres : 150kg.
Etc...

Si on fouille les séries des armes on saura d'où ça vient.
En rappel, en plus de ce matériels, 32 ont été envoyés direct en enfer dont 8 dans les environs de Bourzanga et 24 à Yorsala.
Nous vaincrons, nous VAINCRONS ce n'est pas un débat.

Attaques terroristes contre les positions de l'armée malienne: de nombreux morts du côté des FAMA

Gao / Menaka: Attaque simultanées contre les positions des FAMa (forces armées malienne) à indeliman (Menaka) et Tarkint (Gao) dans le cercle de Bourem et à 70 kilomètres de la ville de Bourem

Ce jour le 01 novembre 2019 aux environs de 13H, des hommes lourdement armés à bord des motos et pick-ups ont lancé une attaque surprise contre les positions de l'armée malienne d'Indelimane à 100 kilomètres au nord de Menaka à l'aide lance-roquettes, Des RPG7 et des kalachnikovs. En ce qui concerne Indelimane, les terroristes se sont scindés en 03 groupes et ont pilonné le camp avec des armes très lourdes pendant une trentaine de minute sans répit. Face à la puissance de feu des terroristes, les soldats se sont retirés en rang dispersés laissant derrière les morts et le camp entre les mains des terroristes qui ont emporté tout ce qu'ils peuvent emportés ensuite ont brûlé ke reste avant de prendre la destination frontière Mali / Niger.

Le camp à reçu le soutiens des combattants du MSA (Mouvement pour le Salut de l'Azawad) de Moussa AG Acharatoumane sont venus en renfort, qui ont porté assistance à plusieurs blessés et ont pu secourir une dizaine de soldats tombés dans la marre, les autres ont continué la recherche des soldats rescapées.

Aux environs de 18H30 minutes, les renforts des FAMa sont arrivés sur place.

Le bilan est de plusieurs dizaines de soldats morts (53), des blessés, des porté disparus, des matériels détruits et / où emportés.

(Photo d'illustration)

L' ARMEE MALIEN en deuil

L’armée malienne a essuyé vendredi 1er octobre une de ses plus grosses pertes depuis plusieurs années avec la mort de 53 soldats et d’un civil dans une "attaque terroriste" contre un poste militaire à Indelimane, près de la frontière avec le Niger.

Le ministre malien de la Communication, Yaya Sangaré, a également fait état de « dix rescapés » et de « dégâts matériels importants ». Des soldats maliens étaient également portés disparus vendredi, a indiqué à l’AFP une source militaire. Le bilan de cette attaque pourrait donc s’alourdir.

L’assaut, qui a eu lieu dans la région de Ménaka, dans le nord-est, a été condamné par le gouvernement malien, qu’il a qualifié d’attaque terroriste. Laquelle n’a pas été encore revendiquée et dont les assaillants sont toujours recherchés, avec l’aide des forces aériennes des armées étrangères présentes sur place (la France dans le cadre de l’opération Barkhane, et le G-5 Sahel). Comme lors de précédentes attaques contre l’armée malienne, les assaillants sont suspectés d’avoir emporté des munitions qu’ils pourraient utiliser pour de nouvelles attaques.

Des attaques répétées ciblant l’armée

« La situation est sous contrôle. Le ratissage et le processus d’identification des corps se poursuivent », a ajouté le ministre Sangaré. « Des renforts ont été dépêchés pour sécuriser la zone et traquer les assaillants », a déclaré le gouvernement, sans donner de précisions sur ces derniers.

L’assaut intervient un mois après l’attaque meurtrière de Boulkessy et Mondoro, au centre du pays, au cours de laquelle l’armée malienne, déjà ciblée par des jihadistes, avait perdu 38 soldats le 30 septembre et 1er octobre 2019.

Le 17 mars, une attaque menée « par un groupe terroriste » contre un camp militaire à Dioura s’était soldée par la mort de 23 militaires.

Burkina Faso - Arbinda: deux éléments des koglweogo tués par des hommes armés

Deux éléments des groupes d’autodéfense koglweogo ont été tués hier 31 octobre 2019 à Arbinda, sources sécuritaires.

Deux éléments des groupes d’autodéfense koglweogo ont été tués hier 31 octobre 2019 à Arbinda, sources sécuritaires.

Hier (Jeudi) matin deux éléments des groupes koglweogo de Arbinda ont été tués par des hommes armés non identifiés. Selon les sources, c’est dans la matinée une équipe des koglweogo est sortie pour une patrouille au tour de Arbinda. Arrivés Ouroundou localité située au nord-ouest de la ville, les koglweogo ont été pris à partie par des hommes armés non identifiés. C’est donc au cours des échanges de tirs que les deux koglweogo ont été tués et un autre a été blessé.

Pour l’heure, l’identité des hommes armés auteurs de l’incident n’est pas encore déterminée. Cependant, il faut souligner que les attaques des groupes armés sont très recurentes dans la zone de Arbinda. De ce fait, une grande partie de ses habitants s’est réfugiée dans d’autres localités du pays.

Arbinda est une commune rurale de la province du Soum dans la région du Sahel, située à environ 80 kilomètres de Djibo.

Source: Infowakat.net